François-Xavier Bellamy sur l'irruption de Gabriel Attal sur FranceInfo: "Donc il pousse la porte et s'invite sur FranceInfo sans rien demander et il prend la parole! C'est comme ça sur le service public?"

  • le mois dernier
Ce lundi matin, Gabriel Attal a fait irruption sur la scène de l’auditorium de Radio France, et a pris la parole au moment où Valérie Hayer était interviewée à quelques jours du scrutin du 9 juin.

Une interruption qui a déclenché la colère de nombreuses personnalités politiques, dont celle de François-Xavier Bellamy, également présent, qui a dénoncé cette intervention "improvisée".

"Chez nous, ce sont les candidats qui font campagne", a d'abord fustigé la tête de liste des Républicains. Avant de poursuivre: "On a vu le nouveau joker j’appelle un ami qui semble être de plus en plus utilisé par la candidate de la majorité. (...) Je suis peiné qu’il y ait des gens autour d’elle qui ont l’impression qu’ils font mieux campagne qu’elle. J’ai du respect pour Valérie Hayer : quand on a une candidate et qu’elle est tête de liste, la moindre des choses, c’est de laisser la candidate faire campagne.".

Et de poursuivre: "J’aimerais bien comprendre comment ça se passe concrètement : vous avez le premier ministre dans le couloir qui dit “J’ai envie de passer à la radio sur le service public, allez hop, j’arrive !” ? C’est comme ça que ça se passe ? Donc il peut s’inviter dans toutes les émissions de la Maison de la Radio en temps réel comme il veut ?".

Et de s'en prendre également à Emmanuel Macron qui s'invite jeudi soir en direct, à 20h sur TF1 et France 2 pour tenter de sauver du naufrage la liste de Valérie Hayer : "Comme le président de la République qui dit : “Voilà, j’ai envie de parler jeudi, 24 heures avant la campagne officielle, je prends tous les JT”".

Très agacé, François-Xavier Bellamy a alors évoqué un certain "mépris (...) Comme si Valérie Hayer n’était pas capable de faire campagne ! Il y a un côté un peu macho : Gabriel Attal débarque en disant : “Écoute-moi bien, Valérie, je vais être plus efficace que toi, je vais vous expliquer comment ça se passe une élection européenne, bonjour à tous !”. Mais franchement, ça s’arrête quand ce spectacle ? Ça s’arrête quand ?".

La tête de liste des LR en a également profiter pour faire un lien direct avec la réforme de l’audiovisuel public portée par la ministre de la Culture, Rachida Dati.

"Je veux parler à tous les journalistes de ce pays : est-il normal qu’en pleine campagne, on ait une telle confusion des rôles, que l’exécutif passe son temps à saturer l’espace médiatique ? Il n’y a pas un seul pays européen ou ça se passe comme ça ! Le régulateur italien a interdit un débat entre Giorgia Meloni et la chef de l’opposition socialiste au motif que, dans une élection européenne, il y a une pluralité de listes et de candidates.", a-t-il conclu.

Recommandée