Alain Dieckhoff : «L’option qui reste est finalement les deux États. Ça pourra se faire que s’il y a un engagement fort de l’extérieur, notamment des États arabes»,

il y a 3 mois
Alain Dieckhoff, directeur du centre de recherches internationales de Sciences Po, dans Les visiteurs du soir, ce dimanche 26 novembre : «L’option qui reste est finalement les deux États. Ça pourra se faire que s’il y a un engagement fort de l’extérieur, notamment des États arabes». 

Recommandée