A Londres, deux militantes écologiste, âgées de plus de 80 ans, inculpées pour avoir tenté de s’attaquer au texte fondateur de la démocratie moderne

  • le mois dernier
A Londres, deux militantes écologiste Just Stop Oil, âgées de plus de 80 ans, inculpées pour avoir tenté de s’attaquer au texte fondateur de la démocratie moderne pour alerter sur le réchauffement climatique
Au lendemain de leur coup médiatique, les deux femmes ont été inculpées samedi pour avoir endommagé la veille la vitrine protégeant un exemplaire de la Magna Carta, texte fondateur de la démocratie moderne, exposé à la British Library à Londres.

Une vidéo diffusée par le groupe, coutumier des actions spectaculaires, montre les deux dames attaquant l'épaisse vitre en frappant au marteau sur un burin.

Les deux militantes ont été rapidement interpellées. Elles ont été inculpées samedi pour «dommage criminel» et libérées sous caution. Elles doivent comparaître devant la justice à Londres le 20 juin.

La British Library détient deux des quatre exemplaires conservés de la Magna Carta, texte de 1215 établissant que le roi et son gouvernement ne sont pas au-dessus des lois. «Ce document traite de l'Etat de droit, et de l'opposition à l'abus de pouvoir. Notre gouvernement enfreint ses propres lois», déclare Judy Bruce, 85 ans, dans la vidéo de Just Stop Oil.

«Je suis chrétienne et je suis forcée de faire tout ce que je peux faire pour atténuer les souffrances épouvantables qui arrivent et sont déjà là», enchaîne ensuite la révérende Sue Parfitt, 82 ans.

Selon Just Stop Oil, qui milite pour que le gouvernement établisse un plan pour mettre fin à l'utilisation des énergies fossiles d'ici à 2030, les deux octogénaires se sont ensuite collé les mains entre elles.