HHC : à Aix, l'interdiction prochaine de ce dérivé du cannabis ne surprend pas les boutiques de CBD

  • l’année dernière
Les produits à base d'hexahydrocannabinol (HHC), une molécule dérivée du cannabis actuellement en vente libre en boutique et sur internet, seront probablement interdits d'ici à quelques semaines, a annoncé ce lundi le ministre de la Santé, François Braun.
Ses effets sont mal connus mais les addictologues tendent à les juger comparables à ceux du tétrahydrocannabinol (THC), la substance au cœur des effets psychoactifs du cannabis. Or, contrairement à ce dernier, les produits à base de HHC ne font pas l'objet d'une interdiction à la vente ou à la consommation.
"Ils profitent d'une faille (...) de classification", a expliqué François Braun. "Ils ne sont pas classés comme produits stupéfiants. Je pense très honnêtement qu'ils le seront rapidement maintenant."

À Aix-en-Provence, les gérants de certaines boutiques de CBD s'y attendaient. Pour Damien, co-gérant de Barong CBD Shop, qui commercialise le HHC : "Les gens veulent un produit plus fort que le CBD. Tant qu'on n'autorisera pas le cannabis en France, les clients viendront en boutique pour demander un produit avec des effets plus forts. Et au final, on a quelque chose de pas naturel, alors qu'on pourrait avoir quelque chose de naturel".
Quelques rues plus loin, Jérôme, directeur général de CBD Shop France, a choisi de ne pas vendre cette substance : "J'ai appris les produits qui sont utilisés pour produire le HHC, ça ne donnent pas très envie. Et d'après les consommateurs qui passent en boutique, les effets sont très loin du THC, mais proches de drogues plus fortes tels que le speed. Le temps est déformé. Ils ont des bouffées délirantes, des spasmes, de la nervosité...".

"Il y a un trou dans la raquette qu'il faut combler rapidement pour ne plus avoir cette vente libre qui est tout à fait anormale", concluait ce matin le ministre, renvoyant la décision à un avis prochain de l'agence du médicament (ANSM).